Mamou Moubarak Dribi
Communiqué important. Nous tenons a vous informer que le professeur Mamoun Moubarak Dribi auteur et chercheur en psychanalyse Travaille au sein d’un bureau d’études qui regroupe des psychologues et des enseignants, nos prestations de services concernent uniquement les enfants pour les besoins du coaching scolaire et intellectuel Ainsi que la réorientation des jeunes au niveaux des études ou de leurs carrières professionnelles. Nous ne sommes pas un cabinet médical et nous ne prenons pas en charge le soin des adultes et des personnes souffrantes de pathologies ou de troubles psychiques. Merci de votre compréhension.
                                                                  Mamoun Moubarak Dribi Brynden Trawick Womens Jersey

Addiction à Internet... ou la malédiction de la boite de Pandore

 

Avant de statuer sur ce fait, les américains ne veulent surtout pas prendre le risque d'entraver leurs sociétés et leur économie. Ils savent (les intelligents) que tout est lié. On peut par ailleurs aussi s'interroger sur un autre fait tout à fait intriguant : «Qu'est ce qui empêche par ailleurs les européens de ne pas se prononcer indépendamment des américains sur ces questions que constituent les addictions lié à Internet et aux jeux électronique de manière générale ? ».

 

Comme vous pouvez le constatez, les sociétés mettent en places des programmes sociaux pour inciter et encourager les familles à engendrer. Mais rien n'est mis en place pour les aider à résoudre leurs problème. Imaginez qu'en Chine, il y a des camps de sevrage quasi militaire où les jeunes qui souffrent d'addiction à Internet ou aux jeux électronique sont emmené pour y être sevré. Qu'en est il au Maroc ? Où vont aller ses familles en souffrance, ayant un ou plusieurs ados qui vivent reclus sur eux même, à ne dormir la nuit que très tard. En perte de rendement scolaire et en déphasage complet vis à vis des défis d'une société de plus en plus désorientée ?

 

Pour ma part quand je reçois une famille qui a un enfant qui souffre de ce type d'addiction. Je procède premièrement à une lecture approfondi de son état d'esprit (j'entends l'état d'esprit de la famille). Et là je m'intéresse en premier lieu à la mentalité du père, car qu'on le veuille ou non c'est lui le chef de fil. Sauf dans quelques rares exceptions où ce dernier n'est en fait qu' un épouvantail éventé qu'une épouse effarée par mille et une chose mène par le bout du nez en jouant soit la docile apeurée ou carrément en revendiquant haut et fort sa domination aliénante sur toute sa famille. Devant de telles absurdités aberrantes, comment voulez vous qu'un esprit jeune et passionné (je parle ici des enfants et des ados) puisse avoir un peu la paix et quelques plaisirs sains. Tout n'est qu'angoisse autour de lui. Tout n'est remontrance. L'école aux mille devoirs est devenus pour un grand nombre de jeunes, une maison où l'on torture le cerveau. La maison est devenu un asile de fou, où tout le monde est sur les nerfs, mais personne n'est responsable de cette situation. Où donner de la tête, quand on est encore dépendant de parents qui ont un peu de sou et pas assez de jugeote. Les jeunes sont fort de nature, leurs forces et leurs fougues si elle n'est pas canalisée et utilisé par les adultes finit par implosé au fond d'eux mêmes. Si auparavant, les psychotiques et les malades mentaux ont toujours mis à rude épreuve les sociétés quant aux valeurs véritables de solidarité, et d'acceptation de l'autre dans toute sa différence. Mettant à nu l'incapacité de tout les tenants lieu à trouver une solution structurelle pouvant à même de soigner et de définir une place aux malades mentaux, non comme des personnes qu'il faut toujours assisté, mais comme des acteurs économiques utile mais différent. Force est de constater que partout au monde c'est un échec. Aucun pays au monde n'offre de telles solutions.

Vous êtes ici : Home Blog Psychanalyse Addiction à Internet... ou la malédiction de la boite de Pandore