Mamou Moubarak Dribi
Communiqué important. Nous tenons a vous informer que le professeur Mamoun Moubarak Dribi auteur et chercheur en psychanalyse Travaille au sein d’un bureau d’études qui regroupe des psychologues et des enseignants, nos prestations de services concernent uniquement les enfants pour les besoins du coaching scolaire et intellectuel Ainsi que la réorientation des jeunes au niveaux des études ou de leurs carrières professionnelles. Nous ne sommes pas un cabinet médical et nous ne prenons pas en charge le soin des adultes et des personnes souffrantes de pathologies ou de troubles psychiques. Merci de votre compréhension.
                                                                  Mamoun Moubarak Dribi Brynden Trawick Womens Jersey

Hyperactivité ou manque de concentration (la suite 3)

Le point de vue du psychanalyste

  1. Comment situer le désir de l'enfant vis-à-vis de ses parents
  2. Et surtout comment situer le désir de l'enfant vis-à-vis de lui-même.

L'enfant est un livre qui porte l'écriture de la maman, du papa, de la famille et du psychique en l'occurence le sien.

 

A partir de 2 ans ½ l'enfant se met à parler, il découvre le langage, il accède au verbe et c'est une jouissance sans égale. L'enfant a auparavant vécu le rêve, il connait parfaitement la dimension de sentir mais il ne pouvait pas tout partager, sauf à travers le regard et l'attention de sa maman et de son papa. Ils ont toujours deviné juste à son sujet, sa maman l'a habitué à le comprendre, à le sentir. Mais si cette faculté maternelle permet à l'enfant d'être rassuré et de se sentir bien, cela risque de créer une paresse chez lui, car l'accès au langage annonce le début d'une nouvelle période : celle de la prise de distance d'avec le nid douillé de la maman et le début de l'exploration du monde environnant.

Mais bien souvent l'enfant se sert du langage pour capter encore plus le désir et l'attention de sa maman. C'est normal de la part d'un si jeune enfant, mais la maman et surtout le papa doivent rester vigilant. Comment :

  • l'enfant ne connait pas encore la dimension du sujet, il ne vit que par son corps, son esprit encore jeune n'opère que partiellement
  • le langage permet de développer la notion de sujet : c à d un individu singulier par son corps, ses empreintes digitales, sa voix, sa personnalité et son discours (le discours fait fonction ici d'un système d'information vivant et spécifique) le discours permet à l'individu de se proclamer, d'être énoncé à son tour comme une histoire qui se raconte et se lit. une histoire singulière.

Or au début de sa vie et c'est le cas de tout le monde, l'enfant emprunte les mots des autres, il prend les mots (et parfois les maux aussi sans le savoir) des autres. d'ailleurs cette quête de créer un nouveau discours et des plus belles, elle permet aux gens d'être écrivain, philosophe, savant ou simple troubadour...

J'invitais donc les parents à de la vigilance, en fait c'est vis-à-vis du désir de l'enfant envers eux. L'enfant ne sait pas s'arrêter et ne sait pas refuser. C'est pour cela que c'est aux parents de modérer son élan de désir. Vous allez le voir courir partout dans la maison, sourire et parler à tout le monde. Il va interpeller tout le monde, il va subvertir tout le monde. Cette nouvelle ambiance familiale surtout à l'arrivée du premier enfant comble de bonheur les parents et toute la famille. C'est vrai le bonheur ici est légitime, mais ça ne doit pas être le seul mode de fonctionnement. Il faut alterner.

Le jeune enfant doit être appréhendé comme quelqu'un de grand (il l'est réellement par son potentiel) on doit l'interpeller de temps à autre par une autre manière, on doit lui parler comme on se parle entre adultes.

Cette nouvelle donne va l'intriguer et le subvertir à son tour. Car jusqu'à présent il était habitué de la part des adultes à des bisous, des grimaces, des chatouillements... à du jeu tout simplement. Encore une fois il en faut du jeu, mais pas que de ça uniquement !!

Et là, dés que vous aller le situer vis-à-vis de vous autrement, il va refuser. Il vous fera de grandes crises de larmes et de cris. C'est le début de sa castration : le bébé a jusqu'à présent vécu le bonheur parfait, il était presque comblé. Et là il découvre la douloureuse expérience psychique mais nécessaire et primordiale, celle du manque à être. A être quoi en définitive ? Et bien à être comblé.

Les parents doivent être vigilant au fait d'introduire leurs enfants à la dimension du manque à être, et il n'y a qu'une seule méthode pour cela : la frustration. Il faut leurs faire accepter la frustration et non pas la leurs faire vivre volontairement, la vie se charge de ça à merveille. Pour cela vous devez d'abord avoir résolu la vôtre chère maman et cher papa sinon votre enfant vous mènera par le bout du nez...

Ceci constitue comme vous l'avez remarqué une seconde cause à l'émergence de l'hyperactivité pathologique.

A suivre...

 Joe Berger Authentic Jersey
Vous êtes ici : Home Blog Couple & Enfants Hyperactivité ou manque de concentration (la suite 3)